Denrées alimentaires News

GP0STOO5X press

Demonstration "No patents on seeds!"

En 2013, la société américaine Monsanto, acquise depuis par Bayer, a obtenu un brevet pour un brocoli légèrement plus haut sur tige et qui devrait être récolté plus facilement. Le brevet comprend un droit sur les plantes, les graines et la "tête de brocoli coupée" qui est utilisée comme aliment. L'Office européen des brevets (OEB) l'a maintenant révoqué et fonde sa décision sur la modification des règles sur l'examen des brevets, adoptée en 2017.

News 181025 Patates

Emballage de pommes de terre GM développées par le Dr. Caius Rommens. Photo: GMO free USA & GM watch

Le Dr Caius Rommens a travaillé pour Monsanto puis est devenu chef du développement des pommes de terre génétiquement modifiées (GM) chez Simplot avant de devenir un critique des OGM. Il explique dans un livre paru au début du mois pourquoi nous devrions nous méfier des produits qu'il a créés et retrace son histoire peu commune. Dans son livre, le Dr Rommens souligne que les pommes de terre OGM, actuellement commercialisées aux États-Unis, sont susceptibles d'accumuler au moins deux toxines qui sont absentes des pommes de terre normales.

clip news weizen clipdealer 9054521 photo

Le Canada est un des plus grands exportateurs de blé dans le monde. Photo: clipdealer

Le Japon et la Corée du Sud ont temporairement suspendu les importations de blé en provenance du Canada car celui-ci contient du blé génétiquement modifié (GM). Au contraire du maïs et du soja GM, le blé GM n'est actuellement pas autorisé à la culture au Canada.  Néanmoins, des cultures expérimentales en plein champ de blé GM, résistant au glyphosate, ont été effectuées il y a une vingtaine d’années.

news Studie Fotolia 152043571 S

Application de pesticides à grande échelle Photo: fotolia

L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a publié un rapport intitulé "Etude sur les effets du glyphosate en Suisse" en réponse à un postulat de la Commission du Conseil national pour la science, l'éducation et la culture. L'étude a examiné 243 aliments à la recherche de résidus de glyphosate. Le pesticide a été détecté dans 40% des échantillons mais sans dépasser la limite autorisée pour la consommation. Le gouvernement fédéral a considéré qu’aucune action de santé publique n’était nécessaire et a levé l’alerte.