Nouvelles techniques de modification génétiques News

laborbild1

L'ADN humain peut-il être modifié de manière définitive et héréditaire dans n'importe quel laboratoire? Image: Clipdealer

Les deux premiers bébés génétiquement modifiés sont nés. Leur ADN a été modifié par les ciseaux moléculaires CRISPR/Cas au stade embryonnaire. L'indignation est grande dans le monde entier. Le chercheur responsable de ce programme de modification génétique, Jiankui He, a été contraint par le gouvernement chinois de cesser toute recherche après avoir présenté une partie des travaux de son équipe dans des vidéos publiées sur le net et lors d’une conférence au sommet mondial sur l’édition du génome humain qui a eu lieu fin novembre, à Hong Kong.

News 20180831 PetitionFin août, l'ASAG, le SAG et les petits paysans ont soumis au Conseil fédéral une pétition signée par 30'000 personnes, demandant que les nouveaux procédés de génie génétique soient soumis à la loi sur le génie génétique en vigueur.

Lors de sa séance du 30 novembre 2018, le Conseil fédéral a pris acte et discuté le rapport d’analyse sur les nouvelles techniques de génie génétique, réalisée par le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) et le Département fédéral de l'économie, de l'enseignement et de la recherche (DFI). La biotechnologie s'est développée rapidement depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le génie génétique en 2004, écrit le Conseil fédéral dans son communiqué de presse. Avec de nouvelles méthodes et technologies - telles que les ciseaux à ADN CRISPR/Cas - le génome d'un organisme peut être modifié plus facilement. Ce qui transparait dans le communiqué est que ces techniques seront soumises à la loi existante sur le génie génétique mais leurs produits pas toujours désignés comme organismes génétiquement modifiés.

infogm schema1 gene drive

Le forçage génétique permet à une modification génétique d’être imposée à l’ensemble de la descendance d’une espèce se reproduisant de manière sexuée

 

Convention sur la diversité biologique – 14e Conférence des parties (COP 14) à Sharm El-Sheikh en Egypte

Pas de moratoire sur le forçage génétique, mais l’application d’une approche de précaution

La Convention sur la diversité biologique demande aux gouvernements de conduire une évaluation des risques stricte et d’obtenir le consentement des populations locales avant toute potentielle dissémination d’organismes génétiquement forcés. La société civile demandait quant à elle l’instauration d’un moratoire. Cette nouvelle technologie a pour particularité de pouvoir altérer des écosystèmes profondément en éradiquant des espèces.

News forcing the farm

Le forçage génétique à l'assaut de l'agriculture. Image: ETCgroup

Les géants de l’agrochimie ont d’abord modifié les plantes qui constituent la base de notre alimentation et de celles de nos animaux de rente. Maintenant que les consommateurs ne veulent plus manger d’aliments modifiés génétiquement, ces mêmes compagnies s’intéressent à modifier le reste de l’écosystème agricole – les mauvaises herbes, les insectes nuisibles et les pollinisateurs. Une des technologies qui leur permettra d’atteindre ce but est le forçage génétique. Le récent rapport d’ETCgroup sur le forçage génétique liste les futures applications de cette technologie en agriculture et dénonce les dérives et les risques environnementaux qui lui sont associés. Cette technologie et ses applications dans l’agriculture seront au centre des discussions de la convention sur la biodiversité de cette semaine.