Dommages News

25.09.2015 | Dommages

141212Basel Rheinhafen
Le colza GM a été introduit dans l’environnement lors du déchargement de blé canadien contaminé au port de Bâle.

Le 25 juin 2015, quatre chercheurs suisses publiaient dans la revue Environmental Science and Pollution Research un article qui explique la présence de différents colzas transgéniques en Suisse alors même que la culture et l’importation est interdite. Entre 2010 et 2014, le colza a principalement été importé sous forme de tourteau (graines pressées). Les importations de colza sous cette forme ne peuvent pas expliquer les contaminations.

Les chercheurs ont examinés une autre piste et ont noté que le port rhénan de Bâle était une des portes d’entrée du blé dur en Suisse et qu’entre 2010 et 2013, « 19 % de l’ensemble du blé importé en Suisse venait du Canada ».

10.04.2015 | Dommages

mais
Il est impossible de prévoir avec certitude la réponse du maïs Bt face aux agressions de l’environnement. Photo : Greenpeace

L’activité génétique du maïs BT et sa teneur en toxines insecticides échappent à toute prévision fiable. C’est ce qui ressort de la nouvelle étude menée par des scientifiques suisses et norvégiens sur le maïs MON810 génétiquement modifié pour produire une toxine insecticide Bt. Les plants étudiés ont été cultivés dans des chambres climatiques et soumis à différents facteurs de stress comme la chaleur, la sécheresse, le froid ou l’humidité. Ces tests ont permis pour la première fois de mesurer l’impact des conditions environnementales sur l’activité biologique du gène inséré et sur la teneur en nouvelles protéines. Les résultats obtenus sont surprenants. Ainsi, la teneur moyenne en toxine Bt était plus élevée chez une variété GM que chez l’autre. L’une des variétés a multiplié sa teneur en toxines insecticides face au froid et à l’humidité, l’autre pas. Chez une variété, l’activité du gène inséré a considérablement diminué dans des conditions de forte chaleur et de sécheresse, alors que la teneur en toxine Bt n’a pas bougé.

26.03.2015 | Dommages

150326herbizid bearbeitet-1
De nombreuses plantes GM sont tolérantes au glyphosate. Photo : Clipdealer

Selon sa propre réévaluation, le Centre de recherche international sur le cancer (IARC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de classer le glyphosate dans la catégorie « cancérogènes probables chez l’homme ». Cette catégorie regroupe les substances qui déclenchent des cancers chez les animaux de laboratoire et pour lesquelles il existe des « preuves limitées » de cancérogénicité chez l’homme. Cette évaluation du glyphosate menée par des scientifiques indépendants est pour le moins explosive : synthétisé par la firme américaine Monsanto en 1973, le glyphosate – principal ingrédient du désherbant Roundup – est en effet l’herbicide le plus utilisé au monde.

12.12.2014 | Dommages

141212Basel Rheinhafen
Le colza GM pourrait avoir été introduit dans l’environnement lors du déchargement de blé canadien contaminé au port de Bâle.

La découverte de colza transgénique poussant de manière sauvage sur le sol suisse suscite régulièrement l’émoi. Malgré le moratoire en vigueur sur la culture de semences et de plants OGM, du colza transgénique sauvage a été découvert en 2011 et en 2012 sur quatre sites le long des voies ferrées et dans l’enceinte portuaire de Bâle. Tous les plants transgéniques ont été identifiés comme résistants au glyphosate. Les sites les plus contaminés étaient le port bâlois et la gare marchandise de Bâle St-Jean. Un monitoring a par conséquent été mis sur pied pour évaluer la dispersion dans l’environnement et surveiller les croisements. En 2013, le laboratoire cantonal de Bâle-Ville compétent pour les questions de biosécurité a procédé à des contrôles réguliers sur les deux sites les plus touchés. Il a récolté à intervalles de plusieurs mois les feuilles et les graines de plants de colza sauvages et d’éventuels hybrides pour y déceler la présence de transgènes.