Nouvelles techniques de modification génétiques News

200412 News Potatoes

 30 organisations suisses pour un moratoire sur le forçage génétique ou "Gene drive"

Une alliance de 30 organisations demande au Conseil fédéral de s’engager en faveur d’un moratoire mondial sur la dissémination d’organismes modifiés par forçage génétique lors de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité. Le mandat de négociation sur lequel travaillent actuellement le Conseil fédéral et l’administration pose des jalons importants pour la conférence.

200412 News Potatoes

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) mène actuellement une consultation publique sur l'évaluation des risques des plantes modifiées génétiquement par édition génomique, notamment grâce aux ciseaux moléculaires CRISPR/Cas. L’EFSA a en particulier étudié le cas des modifications génétiques impliquant aucune insertion de gènes supplémentaires, dont, par exemple, la mutagénèse dirigée. Testbiotech conclut que le rapport de travail de l’EFSA présente des lacunes importantes en ignorant de nombreux articles scientifiques pertinents et leurs conclusions.

200412 News Potatoes

Image: Shutterstock

Lors d'une conférence de presse, la ministre allemande de l'environnement, Svenja Schulze, a souligné le lien entre la destruction croissante de la nature et l’augmentation du risque d'apparition de maladies. Sa déclaration a été soutenue par des scientifiques allemands de renom. Le renforcement du principe de précaution vis-à-vis des nouvelles technologies de génie génétique, des mesures efficaces de conservation de la nature et le renforcement des approches agro-écologiques pourraient contribuer à limiter les risques de pandémie. Quels sont les liens ? Notre analyse.

200412 News Potatoes

Le forçage génétique est censé éradiquer la mouche Drosophila suzukii, dont la larve endommage les récoltes de cerises et autres petits fruits . Image: Wikimedia Commons

L'évaluation des risques liés aux applications du forçage génétique, l'une des applications les plus agressives de la biologie synthétique, n'en est qu'à ses débuts. Le principe du forçage génétique est de modifier génétiquement des espèces sauvages afin de forcer la transmission de gènes artificiels dans l’environnement. Les premières applications de cette technologie visent à éradiquer des insectes ravageurs mais ce n’est qu’un début. Les conséquences d’une application généralisée du forçage génétique sur les écosystèmes naturels sont impossibles à prévoir. S'appuyant sur l'expérience acquise avec d'autres méthodes de contrôle biologique, un nouvel article publié dans la revue Environmental Science and Policy fournit les éléments préliminaires à une évaluation des risques posés par cette technologie. Malheureusement, un communiqué de presse de l'institut de recherche agricole Agroscope, co-auteur de l'article en question, transmet une vision faussée de cette analyse.