Nouvelles techniques de modification génétiques News

Raw fish with aromatic herbs, spices, salt and lime slices.Raw dorado on dark background, healthy food, cooking, diet, nutrition concept.Mediterranean seafood. gilt-head sea bream.Selective focus.

Image: Shutterstock

Une start-up japonaise veut commercialiser un poisson modifié par édition du génome et contenant davantage de viande, rapporte l'International Media Service (NHK) du Japon. La société basée à Kyoto a déjà commencé à prendre des commandes pour des ventes tests le 17 septembre. Comme aucun gène étranger n'a été ajouté au poisson, il n'est pas nécessaire de soumettre le produit à des tests de sécurité, a décidé un groupe du ministère japonais de la santé.

Raw fish with aromatic herbs, spices, salt and lime slices.Raw dorado on dark background, healthy food, cooking, diet, nutrition concept.Mediterranean seafood. gilt-head sea bream.Selective focus.

Image: Shutterstock

La modification génétique des plantes est souvent présentée par ses partisans comme une continuation du processus séculaire de domestication des plantes par les agriculteurs. Des scientifiques américains montrent pourquoi ces processus ne peuvent être mis sur un pied d'égalité dans un nouvel article publié dans la revue Agriculture and Human Values. Des différences significatives existent, entre autres, dans les processus biologiques et sociopolitiques par lesquels le changement s'opère, ainsi que dans les effets sur l'agrobiodiversité et la souveraineté des semences.

200412 News Potatoes

Image: Shutterstock

Le Parlement européen a réitéré sa position contre l'utilisation du forçage génétique. Dans un rapport sur la stratégie de l'UE en faveur de la biodiversité à l'horizon 2030, adopté le 08.06.2021 en séance plénière du Parlement européen, une majorité du Parlement exige que "conformément au principe de précaution, aucune dissémination d'organismes génétiquement modifiés ne devrait être autorisée, y compris à des fins de conservation de la nature."

200412 News Potatoes

Image: Shutterstock

Dans la base de données de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est apparue la première demande d'autorisation d'importation de plantes modifiées génétiquement par CRISPR/Cas. C'est le résultat de recherches menées par Testbiotech. Le maïs DP915635 de DowDupont est résistant à l'herbicide glufosinate et produit un insecticide présent dans les fougères. La société américaine DowDupont vend ses semences génétiquement modifiées par l'intermédiaire de sa division agricole Corteva. Les semences sont déjà brevetées en Europe.