Mises en circulation News

190322 News Testbiotech Subventions GM

Le Bundestag allemand. Photo : Clipdealer

Une demande des Verts au Bundestag allemand montre que le gouvernement fédéral finance activement la modification par génie génétique des plantes et des animaux. Les projets actuellement subventionnés impliquent la modification par génie génétique de porcs et de poulets, d’arbres forestiers et fruitiers, de tomates et de céréales. Au centre de nombreux projets, l’utilisation des nouvelles techniques de génie génétique et, en particulier, des ciseaux moléculaires CRISPR/Cas. Les objectifs de ces projets vont du développement technologique à l'augmentation des rendements et de la résistance aux maladies à la castration génétique des porcelets.

clipdealer 128028 photo jpg s

Photo : Clipdealer

Selon le communiqué de presse de Testbiotech, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) s'est prononcée en faveur de l'approbation de nouvelles variétés de maïs génétiquement modifié de Bayer (Monsanto). Dans son évaluation actuelle de janvier 2019, l'EFSA a soumis deux demandes d'autorisation pour deux maïs génétiquement modifiés (GM). Ces maïs ont été obtenus par croisements successifs pour qu’ils résistent à jusqu'à quatre groupes d’herbicides (glyphosate, glufosinate, 2,4-D et AOPP) et produisent jusqu'à six protéines insecticides. Les demandes de commercialisation concernent toutes les pays de l'UE. La Suisse n'est pas concernée.

190207 News Parlement europeen clipdealer A11284285

Le parlement européen vote contre l'importation d'OGM mais la Commission ne tient pas toujours compte de ces décisions. Photo : Clipdealer

Le 31 janvier, le Parlement européen a adopté à une large majorité plusieurs résolutions contre l'autorisation du maïs, du colza et du coton génétiquement modifiés. Ces résolutions ont été déposées par un groupe multipartite de députés européens, à l'initiative du groupe des Verts. Le Parlement s’est aussi exprimé en faveur de normes plus élevées dans le processus d'homologation de nouvelles variétés et souhaite rendre ces prises de décision plus démocratiques.

News 180923 GeN

Pas d’amélioration de la tolérance des plantes à la sécheresse grâce au génie génétique. Photo : Fotolia

Pendant longtemps, l’industrie des OGM s’est limitée à seulement quelques espèces et quelques caractéristiques et pouvait être décrite par la devise "quatre plantes, quatre pays, deux caractéristiques". Quatre plantes (maïs, le soja, coton, colza), modifiées génétiquement pour résister aux herbicides et/ou produire une protéine insecticide, représentaient les plus grandes surfaces de cultures OGM au monde, réparties dans les quatre principaux pays exportateurs de céréales (USA, Canada, Argentine, Brésil). L’utilisation des nouvelles techniques de génie génétique, comme l’édition génomique et l’interférence à ARN, ont conduit à l’émergence de plus d’OGM, plus rapidement, dans tous les domaines du vivant. Il est donc temps de faire le point sur les OGM obtenus avant l’émergence des nouvelles techniques, par des techniques de génie génétique dites « classiques ». L'étude "Pas de révolution sur le terrain" de Christoph Potthof (Gen-ethisches Netzwerk) examine si la situation a changé de manière significative plus de 20 ans après la première culture commerciale de plantes génétiquement modifiées.